« L’immobilier francilien est en pleine métamorphose »

22 août 19

Prix de l’immobilier, taux d’intérêts au plus bas, future crise du marché, nouveaux acteurs… Michael La Rocca, de l’Immobilier sur Mesure*, dresse le bilan de deux années immobilières inédites, conjuguant hausse des prix et taux historiquement bas. (Partie 1 sur2 de l’interview)

Comment est née l’idée de votre agence ? 

« Après plusieurs années passées dans une grande chaîne immobilière, nous avons décidé de nous associer avec William pour créer L’Immobilier sur Mesure avec une promesse forte : des forfaits sur mesure adaptés au projet de chacun. Qu’il s’agisse d’une vente ou d’une mise en location complexe à distance (les propriétaires ne sont pas toujours résidents en Île-de-France), chaque client est différent : à l’agence de s’adapter à ses contraintes et non l’inverse. 

Nous avons donc mis en place une offre variée, modulable et flexible. Cela nous arrive même d’aller chercher des clients à l’aéroport ou à la gare pour les dépanner ! L’ensemble de notre équipe est dans la même dynamique : discuter au maximum de votre projet afin de cerner vos attentes et besoins, pour vous proposer un devis ultra-personnalisé.  »


Sur quel secteur travaillez-vous ?

« Notre agence principale est basée à Vincennes, mais nous avons également des bureaux à Paris, où nous intervenons dans l’ensemble des arrondissements. Historiquement, notre secteur d’activité va de Saint-Mandé à Montreuil, en passant par Fontenay-sous-Bois et Joinville, mais nous avons désormais des clients dans toute l’Île-de-France. Notre zone d’activité ne cesse de s’agrandir, car nos honoraires attractifs (à partir de 1%) séduisent de nombreux propriétaires. C’est aussi le rôle d’une agence immobilière ambitieuse que de proposer un accompagnement sur l’ensemble d’un territoire, même si nous souhaitons continuer d’intervenir dans les quartiers que nous maîtrisons le mieux, à savoir l’est parisien. »

Quelle est l’évolution du marché francilien actuellement ?

« Nous venons de vivre deux années exceptionnelles, portées par des taux d’intérêts historiquement bas. Jamais la France n’avait connu une telle période favorable aux primo-accédants et aux investisseurs : des taux à 20 ans proches de 1% et des établissements bancaires proposant désormais des crédits à 30 ou 35 ans ! 

De fait, les indices ont naturellement été tirés vers le haut : à ce mécanisme d’emprunts faciles boostant les prix s’est additionnée une pénurie de logements (beaucoup d’acheteurs, peu de vendeurs) dans Paris intra-muros et en proche banlieue, ainsi qu’une crainte de voir les taux redescendre – surtout chez les jeunes couples et familles – encourageant les transactions rapides. Résultat : les délais de vente sont très court et il n’est pas rare de vendre un bien en quelques heures, avec plusieurs offres au prix.  »

Qu’attendre du marché immobilier dans les prochains mois ? 

« Il est difficile de dire si les prix vont continuer de grimper au rythme actuel  : nous avons franchi le seuil symbolique des 10 000 euros le mètre carré dans de nombreux arrondissements parisiens, ainsi que dans certaines communes telles que Vincennes ou Saint-Mandé. Cette tendance peut se poursuivre, mais il est plus vraisemblable que nous entrions dans une phase de stabilisation. 

Cela dépendra également des taux d’intérêts : la BCE (Banque Centrale Européenne, qui fixe le taux directeur en Europe, ndlr) n’a finalement pas décidé de relever ses taux à l’été, comme elle l’avait initialement prévu. Si cela se produit avant la fin de l’année, il faudra s’attendre à la fin de la hausse des prix.  »

La suite de l’interview par ici !

* Michael est le fondateur de l’agence francilienne L’Immobilier sur Mesure, historiquement basée à Vincennes et présente également à Paris, Montreuil et Saint-Mandé. L’agence accompagne tous les porteurs de projets immobiliers, de la mise en vente ou location à la gestion locative, en passant par l’estimation de biens.