“Les acteurs immobiliers sont en pleine mutation”

4 septembre 19

Prix immobiliers, crise du marché, nouveaux acteurs… suite de l’interview de M. La Rocca, dirigeant de l’Immobilier sur Mesure.

Redoutez-vous une crise immobilière ?

L’immobilier français est cyclique mais peu sensible à de “grosses” crises : bien sûr, des indices aussi hauts sur un marché aussi tendu interpellent, mais nous anticipons plus une correction des prix qu’un krach massif. 

On a ainsi déjà connu une phase de stabilisation des prix, vers 2013 – 2014, après le rattrapage post-crise de 2008. Or, les projets immobiliers sont au moins aussi nombreux aujourd’hui qu’à cette époque. Et les taux d’intérêts continuent de pousser les prix vers le haut, notamment en Île-de-France où la zone reste extrêmement attractive. 

S’ajoute un dernier facteur : le climat d’optimisme qui anime la nouvelle génération, qui est peu sensible aux évolutions du marché immobilier et pour qui l’inquiétude n’a pas sa place dans un projet résidentiel. 

Quel regard portez-vous sur vos concurrents ?

Les acteurs immobiliers sont en plein mutation car ils se doivent de s’adapter aux évolutions actuelles. Aux prix actuels des biens, les agences traditionnelles ont de moins en moins leur place, du moins pas aux honoraires encore affichés par les grandes chaînes : les vendeurs sont de plus en plus prêts à sacrifier de leur temps personnel (visites, annonce, négociation…) pour finaliser une meilleure transaction globale. 

C’est ainsi que l’on a assisté à l’émergence de nouveaux pure players tels que PAP (Particuliers à Particuliers), Meilleurs Agents ou moins récemment Le Bon Coin, qui répondent parfaitement aux besoins de leurs clients : un accompagnement minimum de base pour des prix défiant toute concurrence, avec d’éventuels services additionnels (PAP propose ainsi la visite virtuelle permettant de valoriser votre bien). 

Néanmoins, on assiste aussi à une sorte de “retour aux sources” de l’agent immobilier, porté par les émissions de télévision (on pense évidemment à celles de Stéphane Plaza) qui accompagne et rassure les vendeurs, les aide sur des aspects auxquels ils n’avaient pas pensé initialement : un agent immobilier pourra ainsi avoir une énorme valeur ajoutée en conseillant le rafraîchissement d’un mur, en amenant un acheteur potentiel sur le lieu de visite ou en mobilisant un architecte d’intérieur partenaire de son agence pour un redesign de salon. 

La conclusion de ce benchmark, c’est qu’il y a de la place pour de nombreux acteurs puisque les besoins des acheteurs et des vendeurs sont très variés !