[IDEE RECUE #4] On ne peut plus acheter d’appartement à Paris

9 septembre 20

L’immobilier parisien a flambé ces dernières années, les indices de prix ayant largement dépassé les 10 000 euros le mètre carré. Pourtant, les bonnes occasions ne manquent pas, comme nous le confie Michael, agent immobilier à la capitale. 

Des prix à la hausse, mais pas que

Avec le déconfinement, les agents immobiliers parisiens s’attendaient à une possible stagnation des prix, mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé : les indices au mètre carré ont continué à flamber. « A Paris, nous avons continué d’estimer des appartements à 11, 12 voire 13 000 euros le mètre carré », confie Michael La Rocca, agent dans l’est parisien. « Les biens en bon état et sans travaux nécessaires trouvent toujours preneurs en quelques heures, l’offre étant toujours limitée par rapport à la demande. ».

A l’inverse, les biens moins plébiscités connaissent quant à eux une moindre hausse des prix : « lorsque l’appartement est situé en rez-de-chaussée, lorsqu’il est peu lumineux ou lorsque beaucoup de travaux y sont nécessaires, nous observons qu’il y a actuellement beaucoup moins de demandes de visites. Les délais de vente se rallongent alors et les prix n’augmentent plus. C’est là une opportunité en or pour les primo-accédants. », confie Michael.

michael-agent-immo-paris

Suivre le marché quotidiennement pour guetter la bonne affaire

Michael recommande donc de jeter des coups d’oeil réguliers afin de ne pas laisser passer les opportunités. « Les propriétaires qui souhaitent vendre leur appartement à Paris sont nombreux : certains ne sont pas prêts ou n’ont même pas le budget pour réaliser de grands travaux. Ils mettent en ligne leur annonce avec une grande marge de négociation. ». Il y a donc aujourd’hui des biens à vendre à moindre frais, à condition d’anticiper un budget travaux raisonnable.

Côté visites, Michael conseille tout de même de rester aux aguets. « Nous expliquons à nos clients acheteurs que le marché reste tendu à Paris et la demande relativement forte. Même sur des biens en mauvais état ou mal situés, les visites peuvent s’avérer nombreuses : nous conseillons donc une surveillance régulière du marché de l’immobilier à l’aide d’alertes automatiques, de visites quotidiennes sur les grandes plateformes (Le Bon Coin, SeLoger.com, ndlr) et de tours dans les agences de votre quartier (ou du quartier dans lequel vous recherchez un bien).