Bien choisir son bail de location lorsque l’on est propriétaire

9 octobre 19

Durée, investissement, rentabilité… Propriétaires, voici nos conseils pour déterminer le meilleur contrat de location à mettre en place pour votre logement.

Deux types de contrats existent en effet : le contrat de location vide et le contrat de location meublée.

Contrat de location meublée

Idéal pour les locations de courte durée, le contrat de location meublée vous impose toutefois d’équiper l’appartement d’un nécessaire de literie (lit ou convertible comprenant couette ou couverture), une table et des chaises, un réfrigérateur, des plaques de cuisson, un four ou micro-ondes, des luminaires, des étagères, de la vaisselle et des ustensiles de cuisine.

Ce contrat vous engage pour une durée minimum d’un an (9 mois si le locataire est un étudiant). Le dépôt de garantie maximum pour un meublé est de 2 mois de loyer maximum.

Comme l’explique William, de l’Immobilier sur Mesure, « ce contrat est bien adapté aux petits espaces, ainsi qu’aux appartements situés dans des villes universitaires. Il séduira les étudiants ou encore les cadres en quête de flexibilité, qui doivent par exemple se rendre en région parisienne régulièrement. Si vous disposez d’un petit bien immobilier à Paris, le contrat de location meublée peut s’avérer une bonne solution. »

Appartement studio Vincennes

Le contrat de location vide

Le bail de location vide vous conviendra mieux si vous souhaitez mettre en location un appartement ou une maison spacieuse, qui attireront couples ou familles désireux de décorer leur logement comme ils le souhaitent. Ce contrat vous engagera en revanche pour 3 ans minimum.

Le dépôt de garanti maximum exigé pour un logement vide est de 1 mois.

William : « le bail de location vide vous assure une location de plus longue durée qu’un meublé : les locataires font tout de même l’effort d’amener leurs meubles et de s’installer ! La location vide séduira, selon le nombre de pièces, un couple seul, un couple avec enfant voire une famille. Vous pouvez aussi choisir d’opter pour la colocation, en sachant toutefois que vous allez probablement devoir faire face à un “turnover” plus important. Mais les colocataires peuvent s’arranger simplement, avec un avenant au contrat. »

Côté fiscalité, les loyers de ces deux contrats ne sont pas imposables de la même manière : les loyers des logements non meublés sont à déclarer en revenus traditionnels, tandis que les loyers d’une location meublée sont à déclarer dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux.